La gynarchie est ainsi : un soumis gynarchique ne négocie jamais les pratiques SM qu’il désire subir, il obéit et vénère uniquement sa Maîtresse même si les ordres qu’il doit respecter sont extrêmement humiliants. Une véritable relation gynarchique se vit dans l’intimité du couple mais également en public où le soumis doit, le plus souvent, montrer des signes ostensibles de soumission à sa Maîtresse.

1. La gynarchie : une pratique D/s plutôt que SM

les Dominatrices adeptes de la gynarchie ne rechignent évidemment pas à fouetter, sodomiser, humilier ou punir leur soumis, bien au contraire il s’agit de pratique extrêmement courantes dans le monde gynarchiste, mais l’essentiel de la “philosophie gynarchiste” initiée par des auteures telle qu’Aline d’Arbrant et Valérie Solanas repose sur la reconnaissance par le soumis de la supériorité incontestée de la femme sur l’homme.
La relation gynarchiste est par nature hiérarchique et inégalitaire, le soumis – la plupart du temps appelé mâle – devant obéir de manière scrupuleuse à tous les ordres de sa Maîtresse et devant faire preuve d’une docilité absolue. Cette docilité s’accompagne le plus souvent d’une vénération de la Maîtresse et tout écart de conduite entraîne des punitions très marquantes.
Être fouetté par une Dominatrice gynarchiste remet la plupart du temps le soumis dans le droit chemin pour un long moment.

2. Une pratique parfois controversée dans le milieu BDSM

On trouve sur Internet plusieurs sites d’écoles ou d’union gynarchistes plus ou moins actifs mais aussi des sites de chasteté masculine, une branche de la gynarchie que l’on peut qualifier de “soft” dans la mesure où l’absence de sexualité masculine est alors imposée dans le but d’amener le soumis à ne plus penser qu’à la satisfaction sexuelle de sa Maîtresse (souvent son épouse) sans que cette chasteté ne s’accompagne d’autres pratiques de domination ou d’humiliation.
Dans le milieu BDSM néanmoins la gynarchie pure, inégalitaire et par définition presque “dictatoriale”, reçoit un accueil assez mitigé. De nombreuses Dominatrices s’en réclament, sans néanmoins atteindre dans leur vie quotidienne le niveau de domination parfois fantasmé par les soumis, d’autres au contraire estiment que l’inégalité de la relation, le traitement des soumis en quasi-esclave relève de la maltraitance et d’une inversion mal venue des rapports de domination entre homme et femme. De nombreuses Dominatrices gynarchistes sont exclusivement homosexuelles, le mâle est alors simplement réduit en esclavage à leur service ménager, et cette approche des rapports D/s évidemment ne peut pas être consensuelle.

3. Un statut d’esclave

Dans une vraie relation gynarchiste la Domination de la Maîtresse s’exerce 24 heures sur 24 et dans tous les domaines de la vie quotidienne, l’homme n’est pas seulement soumis sexuellement à sa Maîtresse, il est réduit le plus souvent au statut d’homme de ménage, chauffeur, masseur, et doit bien évidemment accepter que sa Maîtresse ait des relations sexuelles avec d’autres hommes et/ou femmes que lui, parfois même en sa présence. Dans les relations les plus extrêmes (rares néanmoins), les esclaves vivent la plupart du temps nus , en collier et à quatre pattes. La quasi-totalité des soumis gynarchistes sont placés sous cage de chasteté et sont très rarement “soulagés”, ainsi leur sexualité est-elle totalement orientée vers la satisfaction de leur Maîtresse. Certains esclaves sont marqués d’un numéro attribué par le “répertoire gynarchique” et de nombreux couples gynarchistes conclus un contrat de soumission qui répertorie toutes les obligations imposées à l’esclave. Fouet, torture et humiliations publiques sont monnaie courante dans les relations gynarchiques, tous soumis qui souhaiterait s’y engager doit en être conscient, comme il doit être véritablement convaincu de la supériorité de la femme sur l’homme.
Auteur : Soumis Jean, volontaire pour la rédaction de cet article
Sous la validation de Maîtresse Dolores
devenir une dominatrice professionnelle
interview soumise BDSM
A propos de l'Auteur

Apprenez-en plus sur le BDSM avec Maîtresse Dolores !

Voir les Articles