On dit “fétichiste des pieds”, fétichiste de ceci cela, ect… Mal connoté par la société, mais qu’est-ce que réellement le fétichisme ?

I. Définition

2 définitions du Larousse essayent d’expliquer ce mot. Dans l’une il s’agit de “respect scrupuleux, admiration sans réserve pour quelque chose ou quelqu’un” et dans l’autre “Déviation des pulsions sexuelles d’un sujet sur un objet érotique de substitution qui peut être aussi bien une partie déterminée du corps (cheveux, seins, fesses) qu’un objet (vêtement, chaussures…). Voilà une belle contradiction ! Mais elle est à l’image de notre société. Dans l’art, un fétichisme qui s’exprime est beau et respectée, voir même compris. Alors que dans le domaine social et/ou de la sexualité, il est “satanisé”, “rejeté” et surtout incompris. Pourquoi ? Personne ne vous répondra car il s’agit d’un jugement attife sans l’ombre d’une analyse psychanalytique ni même d’un degré d’ouverture d’esprit.

Et pourtant bon nombre d’entre nous sont fétichistes et encore beaucoup ne le savent même pas. Les formes de fétichisme les plus connus sont le fétichisme des pieds, des seins, des mains, des talons, ect … Mais en réalité le fétichisme peut s’accaparer de tout. Le fétichisme est souvent sexuel car il provoque une source de plaisir qui devient obsessionnelle, d’où son fétichisme.

II. Vivre avec son fétichisme

Une fois que l’individu se rend compte de son fétichisme, soit il en a honte soit il l’accepte. Il pourra en avoir honte mais rien ne pourra l’arrêter, ce sera plus fort que lui. Cet attrait peut être de différentes intensités : une simple source de plaisir qui ne se manifeste que dans les relations sexuelles où il provoque un plaisir supplémentaire sur l’instant. Soit, une obligation pour se déclencher du plaisir : il n’aura donc du plaisir qu’en stimulant ce fétichisme et rien d’autre ne serra aussi intense pour lui. La meilleure façon de vivre avec son fétichisme est de l’accepté. Vient ensuite l’étape de le contrôler. L’individu peut vivre intérieurement ou pour lui-même son fétichisme sans que cela ne gêne personne. La question est tout autre lorsque l’on partage son lit… Il serait idéal d’en parler avec l’autre et essayer de mettre des mots sur cette excitation. Reste, bien entendu, une grande part de compréhension de la part de votre partenaire.

III. Vivre avec un fétichiste

Votre partenaire vient de vous annoncer un fétichisme qu’il/elle a en lui/elle depuis toujours. Soit vous l’aviez deviné et vous attendiez qu’il/elle vous le dise, soit vous êtes hyper ouvert d’esprit et même pas besoin d’en discuter. Soit vous êtes choqué/e, cette nouvelle vous fait comme une claque et des milliers de questions vous envahissent derrière votre rire jaune. Pas de panique, c’est tout naturel d’être fétichiste, cela fait partie de la nature humaine. N’ayez pas honte de votre partenaire car il a peut être honte lui-même de son fétichisme. Ne le rejeter pas car il a sûrement pris son courage à deux mains pour vous le dire. Même si vous ne comprendrez jamais son fétichisme, vous pouvez tout de même faire un effort pour lui donner du plaisir en le stimulant dans ce sens. Pensez plutôt au plaisir qu’il prendra grâce à vous. Il vous en témoignera du respect et les échanges, voir même les sentiments, s’intensifieront entre vous. Son fétichisme ne fera pas forcément de lui/elle quelqu’un de mauvais ou de “détraqué”. Il prend du plaisir ainsi et lui-même ne sait peut être pas pourquoi.

IV. Le fétichisme dans le monde BDSM

Le monde BDSM est sûrement celui dans lequel le fétichisme est le plus accepté, si ce n’est pas le seul. De manière générale, et au grand regret des adeptes, toutes les “déviances sexuelles” sont recalées dans cette catégorie. Il est très courant dans cette sphère, de croiser des fétichistes de tous genres car l’ouverture d’esprit des pratiquants en est la raison de l’acceptation. Puisque le BDSM est un échange de plaisir (entre autre), il va de soi de stimuler le fétichisme du partenaire s’il en a. Il n’y a pas forcément besoin d’être fétichiste pour entrer dans le monde BDSM et vis-versa.

Un/e fétichiste épanouï/e est d’abord un fétichiste qui s’accepte et que son/sa partenaire accepte. Le mieux est toujours d’en discuter !

 

fetichisme des pieds

defnition bdsm

A propos de l'Auteur

Apprenez-en plus sur le BDSM avec Maîtresse Dolores !

Voir les Articles